mes poèmes ne sont pas comestibles

dégoûtants aux palais dînant dans les palaces
denrées indigestes logorrhées malodorantes
viandes avariées virus susceptible
de réveiller la mauvaise conscience
                                     et le rictus d’ironie 
homo erectus est devenu sapiens 
quand son larynx 
a appris le vers libre

ce qui distingue l’homme de la bête
                                                          c’est l’esprit

c’est une mauvaise idée de me lire dans ta tête
                                                                        arrête
le vers solitaire
                            pourrait n’être qu’un vers libre
                              un sonnet sans équilibre
                       

s’attraper dans un recueil de poésie

mon poème pourrait faire éclore des œufs

              une taie aux     deux      yeux
              une colonie de bactéries
              un rire jaune
              nerveux

                                                     sainte Marie 
                                                     ma rime a des caries

il y a un bruit 

bruit

  bruit  bruit  bruit  à la fois sourd et précis
           c’est l’orage
               c’est l’orage
                    c’est l’orage
                        c’est l’orage

non c’est la rage
d’un poète anthropophage
dont les vers dévorent l’intérieur des corps

y font germer le plus sûr des goûts je veux dire
                                     le dégoût
de la bourgeoisie
de son contentement creux
de sa courtoisie
sa littérature sans estomac
sa science de santon sage

et confère
         cet entrain de saint Thomas
                                   et ce désir d’apostasie

combien laides me paraissent maintenant
les vénus de cinéma 
Fellini de pacotille
Si la Dolce Vita c’est que vita dura
pour le reste
art de merde qui s’évide
comme un estomac malade
où sévit le virus
coquilles vides

sourires artificiels
la bobine du film
         eh les ficelles
du métier
qu’on les passe à son cou


***

si la bourgeoisie veut me saluer
que ce soit comme le coucou
qu’elle dise coucou et se casse
car sous le ramage des rapaces
              les serres acérées

               accrochées à la branche
               se préparent à trancher

               ces gens là 
                              sont des chasseurs

          je le sais
               ils 

                   accaparent
               pour régner séparent
                 se sentent partout chez eux
        te font haïr ton image de
 tes propres yeux

ils
     feraient
      de mon
                    bloc
                de la data pour
                 des hypothèses
                  en toc
        la couverture
               d’une revue
                       à comité
                              de lecture

ah ah  ah  ah  ah  ah ah ah  ah  ah  ah  ah ah ah  ah  ah  ah  ah ah ah  ah  ah  ah  ah 

que mon poème soit un linceul
                                            un linge sale
                         le râle de l’enfant seul
un barrissement d’éléphant
crié de derrière les barricades
qu’on le bégaie ou le dise en saccade
                                 en salves malades
que la bourgeoisie se bouche les oreilles
garde le regard sur ses merveilles costumées
s’émerveille de Nerval comme à l’accoutumé
et du treille où le pampre à la rose s’allie
ses boutons de manchette ma prose les salit
sa gueule morose son teint pâlit
c’est de ma prose que l’étincelle saillit

ne prends pas la partie pour le tout 
je ne suis pas misanthrope
c’est juste que je ne t’aime pas
au sud de l’Europe
il y a un domaine que ton père occupa
et dont je suis le petit-fils
descendants de fiers hommes dont tu fis pencher l’occiput
au commandement des képis de tes petites putes
mon B-A-BA ce fut d’apprendre à dire ACAB  
tu n’es pas la mesure le compas
la règle le mètre-étalon le papa
le maître de la plantation
et à vrai dire
je trouve que tu as même
une manière assez médiocre
                                    d’être
ou plutôt tu es un porc
un coup du sort 
sors de ta souricière
et casse toi             hors de ma vue
quand elles sont énervées mes rimes
mordent 
prends garde 
je change d’humeur comme d’intérim
je suis Maximilien et Karim
et si je m’avilis d’un crime  
lis mes vers et comprends qu’il n’est
que littéraire

***

les bourgeois sont tous similaires en petitesse
de la terre à l’espace 
ils sont épouvantés c’est un trait de l’espèce
s’imaginent que le sauvage dépèce
détruit et met en pièces
paresse avec alégresse
s’engraisse et paît l’herbe verte
porte l’herpès dans sa bite épaisse
régresserait sans le secours
de sa maîtresse et de sa cour

pour lui 
la confiance s’hérite ou durement s’acquiert
à table il y a une dizaine de cuillères
une pour manger neuf pour la culture générale
au souper on médit de celui qui hier
était génial 
dans un rire guttural on rappelle son palmarès
ses gaffes son regard de bovin en détresse
on n’entre pas comme ça
                             dans un carnet d’adresse
il faut mettre un harnais ou plutôt une laisse
une muselière sur la bouche
s’enrouler comme du lierre grimpant
et puis que se redresse 
la colonne vertébrale en même temps que se torde
le corps
éviter le désaccord 
être d’accord 
se fondre avec le décor
pas de fronde de piano désaccordé
ton deuxième métier ça sera d’accorder
tes cordes vocales à celle de la horde
de limer tes crocs pour éviter qu’ils mordent
le langage bourgeois
ne croit rien de ce qu’il déclare
du notre père ou du credo 
a la conscience claire et les mains légères
préserve son dos
et sur les plaques de rue
oublie d’inscrire le nom du porteur fardeau
langage bourgeois jamais n’entre en crue
repère les intrus sélectionne ses recrues
les sectionne pour les rendre conforme
point de forme 

il décore 
son langage est sans corps
poli coupé au sécateur
un cœur d’acteur changeant de teinte
comme de rôle parfois drôle ensuite
moqueur hypocrite 
couleuvre boa constricteur 
puis lierre décoratif
lyre grimaçante
lime menaçante
enrobage mielleux
en robe de magistrat
ou en robe de bal 
déballe 
devant le psy à 500 balles 
envoie ses enfants en rallyes
et s’étonne qu’ensuite
on les dévalise
mais qu’il crève

bibelot minable
nappe plane
sans pli

il
il se tait
mais se sent

le bourgeois
avant que de l’entendre ou le voir
               on le repère
                           à sa sueur
ce que sécrètent ses 
glandes sudoripares 

sa puanteur particulière
                           c’est celle
                                  de l’animal inquiet

***